Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap....Mémoires d'hier et regard d'aujourd'hui (57)

24 Octobre 2010, 22:03pm

Publié par safir

 

   Je vous invite à voir & revoir la 57ème partie des mémoires de Monsieur Abdelmalek Belhadj - Mostepha publiée le 28.7.2008. 

 

 


 
Mes loisirs
L
es colonies de vacances (1)
 
20d824cce27e9cf7a959dd637a1aab5d.jpegL'ambiance et la chaleur humaine qui prévalaient dans le mouvement scout, notamment durant les longs séjours dans les camps firent naitre en moi un autre intérêt, celui des colonies de vacances. Moins pénibles et dans des conditions bien plus confortables, elles constituaient pour moi, et plus tard pour ma famille, l'occasion de passer des vacances agréables et enrichissantes. C'est ainsi que je participai en tout, à sept regroupements en tant que moniteur à Cachan dans la banlieue parisienne, deux comme sous-directeur et économe à Pamproux,  village situé dans le département des deux -Sèvres entre Niort et  Potiers puis à Foix dans le sud-ouest et enfin, ayant décroché mon diplôme de directeur en 1965, je dirigeai quatre colonies à Collo, Jijel, El-Kala et Chetaibi ex Herbillon prés de la ville d'Annaba.  C'est d'ailleurs lors d'une de ces colonies que j'avais connu Karima qui allait devenir mon âme-soeur. Je garde peu de souvenirs des séjours effectués en France. Par contre, ceux passés en Algérie ont laissé une empreinte vivace dans ma mémoire.

 

Notes du Webmaster:

Hier avant la mise en ligne de cet article, j'ai reçu plusieurs photos des colonies de vacances de Monsieur Belhadj-Mostepha Abdelmalek. Je publie la première d'une colonie de vacances des PTT  (Année 1953 ). Mr Belhadj-Mostepha est au centre avec des jeunes au sud de la France.
             

Mr Belhadj-Mostefa Malik avec le Webmaster   

"Monsieur Abdelmalek Belhadj-Mostepha est venu incidemment à l'écriture après sa mise à la retraite. Il a, au cours d'une carrière professionnelle de quarante ans, Zélée et bien remplie, exercé successivemet les fonctions d'enseignant, de conseiller pédagogique, inspecteur de langue française, sous-directeur de l'éducation et directeur de la culture. Il a connu, durant sa vie, les souffrances et les privations de la deuxième guerre mondiale, les affres du colonialisme, l'exaltation et la foi de l'après-indépendance mais aussi le ressentimentetl'espoir souvent déçu . D'une plume acerbe,il pourfend la bîtise et l'infamie et glorifie le génie et le sens del'honneur. Idéaliste confronté aux réalités de la vie, il a été témoins de quelques événements qui ont marqué l'histoire du vingtiéme 4c62b26b81e6449911096e3533848557.jpegsiècle. Son autobiographie,agréable à lire, recéle quelques anecdotes succulentes et certaines facettes de sa personalité". 
Safir
  • "A mon ami....(Safir) et sa famille
    Le film de ma vie, avec mes remerciments pour l'idée qu'il m' a soufflée et la parution de mon histoire sur son blog "srigina".
    Affectueuses pensées".
    Mr Belhadj-Mostefa

De gauche à  droite Mr Khalaf correspendant du Journal Alger-Républicain, le Webmaster(Safir) et Mr Belhadj-Mostefa Malek qui était Directeur de la Culture de la Wilaya de Skikda . Cette photo réprèsente une partie d'une conférence de presse donnée par Safir au niveau du Théatre de Skikda en 1992. Mr Belhadj-Mostefa suivait de près toutes les activités culturelles.

 


 

Pour suivre
 les autres parties
cliquez sur
Cap

 


Commenter cet article

Martine 30/07/2008 07:59

Pourquoi se souvient il des colonies en  Algérie et pas de ses colonies en France. La mémoire est très sélective ..... Amitiés Safir

Linda et Picasso 29/07/2008 16:29

Les soldats s'en vont lentement Dans la nuit trouble de la ville. Entends battre mon coeur d'amant. Ce coeur en vaut bien plus que mille Puisque je t'aime éperdument. * Je t'aime éperdument, ma chère. J'ai perdu le sens de la vie Je ne connais plus la lumière, Puisque l'Amour est mon envie, Mon soleil et ma vie entière. * Ecoute-le battre, mon coeur! Un régiment d'artillerie En marche, mon coeur d'artilleur Pour toi se met en batterie, Ecoute-le, petite soeur. * Petite soeur je te prends toute Tu m'appartiens, je t'appartiens, Ensemble nous faisons la route, Et dis-moi de ces petits riens Qui console qui les écoute. * Un tramway descend vitement Trouant la nuit, la nuit de verre Où va mon coeur en régiment Tes beaux yeux m'envoient leur lumière Entends battre mon coeur d'amant. * Ce matin vint une mésange Voleter près de mon cheval. C'était peut-être un petit ange Exilé dans le joli val Où j'eus sa vision étrange. * Ses yeus c'était tes jolis yeux, Son plumage ta chevelure, Son chant les mots mystérieux Qu'à mes oreilles on susurre Quand nous sommes bien seuls, tout les deux * Dans le vallon j'étais tout blême D'avoir chevauché jusque-là. Le vent criait un long poème Au soleil dans tout son éclat. Au bel oiseau j'ai dit:" Je t'aime " Guillaume Apollinaire 2 Février 1915. extraite du livre" je pense à toi mon Lou "