Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap...Ni Valise Ni Cercueil

3 Juillet 2012, 16:00pm

Publié par safir

 

 

Texte et Photos:

Abdeslam Benlarbi

Ni-valise-ni-cerceuil-COUVERTURE-copie-1.jpgJe viens d'avoir hier le lundi 2 juillet 2012,  le livre " Ni Valise, Ni Cercueil" de Pierre Daum grâce à une connaissance qu'il acheté d'Annaba et me la remis à la plage de Guerbaz où je me trouvais. C'est la même conception de l'édition française (Solin : Actes Sud), mais l'édition algérienne (Média-Plus) diffère un peu avec l'absence de la photo illustrant le départ des pieds noirs vers la métropole. C'est un livre exceptionnel puisque il traite un sujet qui n'a jamais été traité sous cette forme et aussi, c'est un sujet qui va à contre courant des idées reçues. Personnellement, je m'intéresse aux autres qui vivent avec nous mais qui ont perdu de leur pouvoir. Pour cette raison, srigina a publié l’histoire du dernier bey de Tunis, du dernier libyen et du dernier Dey d'Alger. Les autres en Algérie, ce sont surtout les quelques familles turques ou Goulouglis (enfants nés d'un mariage mixte entre hommes turcs et femmes algériennes), aux juifs d'Algérie, aux chrétiens d'Algérie et aux ibadites. 

L'éditeur " Rahma " a publié l'histoire des juifs d'Algérie de Richard Aynoun & Bernard Cohen, mais cette histoire de deux mille ans s'arrête en 1962 (J'ai acheté ce livre le 14 avril 1995 à Alger). Aussi, l'2diteur " Desclée " à Paris et sous la direction d'Henri Teissier ex Cardinal d'Alger après le cardinal Duval, a publié l'Histoire des Chrétiens d'Afrique du Nord, mais cette histoire s'arrête aussi en 1962 (j’ai acheté ce livre le 24 avril 1995 à Alger). Enfin, pour l'histoire de la  première république  Islamique  c'est à dire l'Etat des Rustumides et  les Ibadites, mon premier intérêt revient à janvier 1983 avec le ivre édité par la maison El-Bath d'Alger avec "Etudes Islamiques dans les Fondements Ibadites".

Il  y avait des français en Algérie durant les 30 années de l'indépendance et ce, jusqu'au janvier 1992. En plus des français d'origine algérienne si j'ose dire, des français coopérants venus dans le cadre du service militaire ou dans le cadre de la coopération. Il y avait des soviétiques (on ne savait pas s'ils étaient russes ou appartenant aux 14 républiques soviétiques), des yougoslaves, des cubains, des Hindous et de plusieurs nations (latins, anglo-saxons, des slaves etc.).

Dans mon village natal (Fedj-M' Zala à 70 km à l'ouest de Constantine), les deux grands colons Fal et Gost (je dois vérifier ces deux noms, sont partis en 1962 et malheureusement je n'ai pas des informations  sures en la matière). Donc, il n’avait aucun français ni à Fedj-M'Zala, ni dans les grandes fermes de Lucette, de Madame Money, de Radjas, de Richelieu et dans les villages allant de Constantine vers Djemila.

DSC00005-copie-1.JPG

A Alger, il y avait beaucoup et on les voyait dans le centre de la ville comme on les voyait à Tunis et ses environs (La Goulette, Carthage, la Marsa etc.). Mais à Skikda, dés mon installation à la tête de l'Administration des Affaires Maritimes, je recevais dans la première semaine de cette installation (juillet 1986) Madame Salasse et son enfant pour une affaire ayant trait à son navire de plaisance. Après cette date on se voyait par l’intermédiaire d'autres amis dans le cadre associatif et culturel. Refusant de quitter l'Algérie après 1994 lors des années de terrorisme, mais depuis quelques années et pour d'autres raisons elle vit actuellement en France mais elle vient de temps en temps. D'autres français dont les noms sont familiers à Skikda y vivent toujours.

Ni Valise Ni Cercueil, est une œuvre à lire et à relire puisque personne n’a pu aller au fond du problème en rencontrant des gens qui ont décidé de rester en Algérie malgré leurs positions très différentes vis à vis la guerre d'Algérie.  Les témoignages de quelques pieds noirs sont émouvants et on découvre qu'ils continuent de vire parmi nous malgré les difficultés que beaucoup d'algériens n'ont pas pu supportés surtout à partir de 1962.

Je conseille vivement pour les vacances de l'été et surtout pour avoir une vision rectifiée de notre histoire contemporaine de prendre le soin de livre cet ouvrage.

 

Le livre parle de ces deux femmes citées par ce reportage :

 

 

 

Pour suire :

"arrêt sur images", 

cliquez sur:

 Quai  

Reproduction et utilisation interdites sauf autorisation écrite  préalable

 

Commenter cet article

microneedle skin dermal roller 01/07/2014 11:50

“Ni Coffin" is one of the best books written by famous Mexican author Pierre Daum. The book is based on a real story, which took place at 1962. Thanks for sharing a detailed review on it. I am planning to read it soon.

safir 01/07/2014 19:08

microneedle skin dermal roller : merci pour votre commentaire, je pense qu'on parle de deux livres différents, mais l'essentiel qu'on lise et qu'on en profite.

Agnès 05/07/2012 18:52


Bonjour Safir


J'espère que la Fête de l'Indépendance s'est bien passée . J'en ai eu un aperçu à la télé ,qui montrait une superbe représentation qui retraçait l'Histoire de l'Algérie. Moi aussi j'avais 13 ans
quand je suis partie d'Algérie et je me souviens comme si c'était hier de mon départ d'Algérie en juin 1962.Je me souviens des plasticages de l'OAS  qui avaient lieu chaque nuit  à
Skikda et qui ne servaient qu'à pourrir les relations entre Algériens et Français.Bien que dans ma famille, nous n'ayons jamais entretenu de haine pour les arabes  comme hélas c'était le cas
dans certaines familles pied-noires qui ne s'en glorifient plus aujourd(hui, nous avons eu peur et nous avons quitté l'Algérie.Et comme double peine, nous avons été très mal accueillis en France.


L'Algérie a retrouvé comme il se devait son Indépendance mais entre les accords d'Evian et le référendum, alors que les chefs  signataires Algériens ont essayé vraiment  de maintenir le
calme , trop de violences se sont passées et ont provoqué l'exode des pieds noirs. Une déchirure pour nos deux communautés!!!

safir 07/07/2012 08:27



C e cinquantenaire est une occasion historique pour faire des points et un retrait objectif vis à vis les événements.



nancy bussutil 05/07/2012 11:39


j'habitais à PHILIPPEVILLE. je me souviens c'est sûr, mais je ne connaissais pas vraiment l'ampleur de ces évènements. nos parents à cette époque nous protégeaient beaucoup. ils nous cachaient
beaucoup de choses. nous n'avions pas vraiment le droit de parler aux adultes. quand on voulait se mêler de quelque chose, on nous répondait ce n'est pas pour les enfants. c'est vrai, que j'ai
appris beaucoup en lisant ou en suivant des documentaires. notamment hier, je savais que l'armée française avait tiré sur des civils français, mais je n'avais jamais vu ce documentaire sur cette
tuerie. pour en terminer, PHILIPPEVILLE a été moins touchée que ORAN ou ALGER.

safir 05/07/2012 15:35



Les Médias consacrent beaucoup à ce cinquantenaire et c'est une occasion pour nous d'apprendre cette phase de l'histoire de nos peuples.



nancy bussutil 05/07/2012 00:33


bonsoir safir,


je pense que j'acheterai ce livre. en ce moment, on nous passe de la documentation sur les évènements. j'avais 13 ans quand je suis partie. l'histoire de cette guerre je l'ai apprise en lisant,
ou en voyant des documentaires. je pense que si le gouvernement avait agi autrement depuis longtemps c'est à dire avant les évenements, nous aurions pû peut être réglé le problème sans en arriver
aux extrèmes, ce que je déplore. je vais régulièrement sur un site magnifique sur l'Algérie, il y a des photos superbes et de l'histoire. en fait ils traitent beaucoup de sujet intéressants,
notamment sur ce qui s'est passé. le site, sur FACEBOOK s'appelle "l'ALGERIE un grand pays d'une grande beauté". si vous y allez vous vous régalerez tellement qu'il est bien. amicalement

safir 05/07/2012 07:54



Je pense qu'à l'âge de 13 on peut se rappeler des choses. Vous habitiez où en Algérie ? Pour le livre je conseille tout le monde de l'avoir, il est d'une rigueur historique sans faille.