Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap...Le cinquantenaire de l' Indépendance de l'Algérie (10)

6 Juin 2012, 05:16am

Publié par safir

Par Abdeslam Benlarbi

 Plusieurs femmes et hommes ont choisi durant la guerre d'Algérie (1954-1962) d'être prés du peuple opprimé face à la colonisation et à la tyrannie. Je rends hommage à ces femmes et à ces hommes et je consacre pour les semaines prochaines des billets pour Abdelhamid Mehri, l'Abbé Berenguer, Mohamed Harbi, Zohra Drif, etc. 

 

  Aujourd'hui : Henry Alleg

 

 

                 

 

  DSC00508-1.JPG default.jpgLa participation des communistes vivant en Algérie (algériens et français)à la révolution algérienne a toujours suscité des interrogations et beaucoup se demandent si les communistes ont œuvrés pour l'indépendance de l'Algérie ou leur engagement était pour l'intégration dans la République française. L'histoire du "Journal d'Alger républicain" qui est un livre historique publié même par les collines de ce journal dans les années 1990 ainsi que le livre de Hafid Khatib sur l'accord FLN-PCA cité par mes soins dans cette série, corrigent cette conception des choses. En effet, malgré que le parti communiste algérien intégrait sa lutte dans la lutte prolétarienne, il a aussi travaillé pour la cause nationale avec les autres composantes de cette cause, mais dans un cadre français sans pour autant demandé l’indépendance nationale.

L'accord FLN-PCA du 1er juillet 1956 et l'intégration des "combattants de la libéré ration" dans l'armée de Libération Nationale en Algérie a bouleversé les données pour ce parti et d'autres fractions du mouvement national telles que les Oulémas et les amis du manifeste. Aussi,  à plusieurs membres du parti communiste ont rejoint les maquis dans les ranges de l'armée de libération nationale dont  Henri Alleg.  

Henri Alleg  est, né à Londres en 1921 de parents juifs. Journaliste franco-algérien, membre du Parti communiste français devenu pour l'Algérie le parti communiste algérien. 

En 1940, il s'installa en Algérie. Il milita au sein du Parti Communiste Algérien. En 1951, il devint directeur du quotidien Alger républicain. Il entra dans la clandestinité en 1955, date d'interdiction de son journal en Algérie.

Arrêté le en 1957  par les parachutistes de la 10ème D.P, Henri Alleg fut séquestré un mois à El-Biar, où il fut torturé. Il fut ensuite transféré au camp de Lodi, puis à Barberousse, la prison civile d'Alger. C'est là qu'il écrit La Question.

Trois ans après son arrestation, Henri Alleg fut inculpé "d'atteinte à la sûreté extérieure de l'État" et de "reconstitution de ligue dissoute" et condamné à 10 ans de prison. Transféré en France, il fut incarcéré à la prison de Rennes. Profitant d'un séjour dans un hôpital, il en profita pour s'évader. Aidé par des militants communistes, il rejoindra Prague.

Il revint en France après les Accords d’Evian, puis en Algérie où il participa à la renaissance du journal Alger Républicain. « Persona non grata » en Algérie à la suite du coup d'État de du colonel Houari B oumédiène, il se réinstalle en France en 1965. Le film documentaire deJean -Pierre Liedo   Un rêve algérien retrace son retour, 40 ans plus tard dans une Algérie qui l'accueille à bras ouverts et où il retrouve avec bonheur ses anciens compagnons.

En 2005, il cosigne une lettre au Président de la République, demandant à l'État français de reconnaître l'abandon des Harkis en 1962.

Il est par ailleurs membre du pôle de renaissance communiste en France  et déclare regretter en 1998 « la dérive social-démocrate du PCF, qui abandonne son authenticité communiste ». A cette époque, il fait partie du comité Erik Honecker, qui soutient l'ancien dirigeant de l'ex RDA poursuivi par la justice de son pays.

Il est également membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine.

Henri Alleg est le père de Jean Salem.

 

 

 

                                                    voir :

    Cap...Le cinquantenaire de l' Indépendance de l'Algérie

Cap...Le cinquantenaire de l' Indépendance de l'Algérie (1)

 

 

 

Commenter cet article

nancy bussutil 07/06/2012 18:31


bonjour safir, on vient de me recommander de lire un écrivain algérien MOULOUD FERAOUN. cela devrait vous plaire. moi j'ai acheté 3 livres de ce même auteur. un hommage lui est rendu sur facebook
sous l'intitulé "MOULOUD FERAOUN un témoin toujours vivant". amicalement

safir 07/06/2012 23:12



C'est un écrivain trés connu en Algérie et dans le Maghreb. D'ailleurs, dans les manuels scolaires il est très souvent cité. Aussi, ces livres ont été pris par des réalisateurs pour passer sur
l'écrain du cinéma et de la télévision.



Yness 06/06/2012 19:45


Avec son livre "La question" il a fait prendre conscience de l'horreur de la torture en Algérie. C'est un homme d'honneur.

safir 06/06/2012 20:16



C'est un homme d'honneur et de conviction.