Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (34)

24 Septembre 2012, 16:06pm

Publié par safir

 

 

 

  • DSC00026-copie-1 blogs MUrad 20Hoffman 4308 631957 xlargePar

 Murad Wilfried Hofmann

( Ex Ambassadeur de la RFA à Alger )

                Aujourd'hui :  Ibn Khaldoun pas Marx 

                               Bonn, le 28 avril 1982

 

 

  Ceux qui croient encore qu'il est dans la nature de l'Islam de freiner le progrès se rendraient service s'ils lisaient  Al-Muqadumah, le livre introductif à la monumentale histoire mondiale d'Ibn Khaldoun (Kitab Al-Ibar), écrit en 1377 (traduit en français par Slane en 1868 sous le titre  Les Prolégomènes d'Ibn Khaldoun). Si Ibn Khaldoun, Grand Juge (Qadi) au Caire, n'avait pas plus écrit que ces 400 pages introductives, il aurait fait de l'histoire intellectuelle. 500 ans avant Karl Marx et Max Weber, il devint le vrai père de la sociologie et de la philosophie de l'Histoire, exigeant de l'Histoire à être plus que de la simple information.

Son œuvre est la première tentative connue de découvrir des lois que pourraient  gouverner les cycles historiques observés, l'émergence et la décadence des civilisations, et d'écrire à nouveau  l'histoire  traditionnelle  en soumettant ses sources documentaires à une analyse impartiale critique, et même sceptique. Cette approche mena Ibn Khaldonun à étudier, par exemple, l’interattraction entre le climat et le comportement et entre la spécialisation de travail typique à une société urbaine et  le développement de caractéristiques culturelles spécifiques.

 

Ce n'était pas Karl Marx mais lui qui écrivait (en 1377) que : le profit est la valeur ajouté par le travbail de l'homme, et que : les conditions différentes parmi les hommes sont le résultat des différentes manières par  lesquelles ils gagnent leurs vies.

Longtemps avant Thomas Mann("Buddenbrooks"), Ibn Khaldoun avait déjà affirmé que le prestige, dans  un linéage, dur au  mieux quatre générations. Des siècles avant Friedrich Nietzsche, il avait constaté que la domination impériale d'une nation s'étend d'avantage  quand elle s'exerce à partir d'un Etat sauvage.

Avant Friedrich Hegel, Ibn Khaldoun avait déjà noté que les  dynasties suivent une ligne de vie comme les individus.

 Avant J.J. Rousseau, il avait déjà constaté que les relations entre gouvernants et  gouvernés sont basées sur un contrat social conclu par une poignée de main et un serment d'allégeance.

Bien avant la théorie moderne de la légitimité, Ibn Khaldoun avant démontre (contre la Secte Shiite) que seul celui qui acquiert une supériorité de fait sur une nation est en mesure de gérer ses affaires en tant que Khalif.

Précédant David Hume, il avait souligné qu'il n'est pas connu comment ce qu'on appelle les '' causes" exercent une influence sur les choses. Des siècles avant le général Carl von Clausewitz, Ibn Khaldoun avait déjà enseigné qu'il n'a y a aucune certitude en guerre parce que la victoire dépend de la chance et du hasard.

Comme Friedrich Schiller et Emmanuel Kant, il attribua les jugements esthétiques d'objets visuels à des catégories philosophiques, sans négliger l'interférence des mécanismes psychologiques. Il reconnut, par exemple, que l'homme ne peut que juger la forme humaine comme étant parfaitement harmonieuse. 

Je suis particulièrement attiré par l'approche  rationnelle  d'Ibn Khaldoun sur l'ontologie et le soufisme. En bon élève d'al-Ash'ari, il nie toute possibilité de l'homme d'obtenir des connaissances métaphasiques par la perception sensorielle ou par sa faculté de penser. "L'intellect, en effet, est une balance sûre...mais l'intellect ne devrait par être utilisé à peser des questions telle que l'unicité de Dieu, l'Autre Monde, la vérité de la prophétie, le vrai caractère des  attributs divins.. On Pourrat comparer cela avec un homme qui voit une balance dans laquelle de l'or est pesé, et qui veut y peser des  montages".

Peut-on mieux dire?

A propos du mysticisme, Ibn Khaldoun soupçonne que les Soufis, dans la vie déjà, cherchent à éprouver ce dont ils feront l'expérience  après la mort. Son jugement est sévère :" Quelque soit le savoir ou  l'activité surnaturelle montrés par des Soufis, il s'agit toujours de cas fortuits". Parmi les  adeptes du soufisme, Ibn Khaldoun voit même quelques sots et imbéciles, beaucoup plus proches de personnes insensées que d'être rationnels. Il affirme que : "Toutes ces tentatives de percevoir le supranaturel ne sont basées sur aucune preuve, et ne sont pas viables". Jugement sévère.

Mais n'oublions pas : Ibn Khaldoun n'était ni un génie exceptionnel ni un égaré. Il fut le produit de la culture-islamique en ce qu'il y en a de mieux.


.

 

 

La semaine prochaine :   Sunna contre Shi'a


                                   Bonn, le 28 avril 1982


Voir aussi :

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (33)


  Pour suivre
 les pages de l'histoire
cliquez sur
 

Cap /

 

 


  Murad Wilfried Hofmann est un docteur de droit et ex Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne en Algérie. Son livre " Journal d'un Musulman Allemand"  est divisé en plusieurs parties (plus de 90 billets) retraçant la vie de cette personnalité diplomatique de 1951 à 1985 (Traduit de l'Anglais par Lamine Benallal et Abdelhadi Mesdour. Edition Delta- Alger 1990). J'ai acheté ce livre le 22.11.1990 à Alger comme j'ai suivi les activités de ce converti à l'Islam depuis plusieurs décennies. Aussi, lors des fêtes islamiques, on se rappelle des communiqués de l'Agence Algérie Presse qui parlait de la présence des ambassadeurs des pays islamiques  à ces fêtes avec l'ambassadeur de la RFA. (Le Webmaster).

Commenter cet article

Yness 24/09/2012 18:50


Ce chapitre d'aujourd'hui m'a donné envie d'en savoir plus sur Ibn Khaldoun  . La lecture du récit de sa vie et du résumé des ses oeuvres donne une idée du précurseur qu'il a été dans
beaucoup de domaines. C'est très interessant .


Amicalement

safir 24/09/2012 18:53



J'ai la Moqaduma d'Ibn Khaldoun et dans le monde arabo-musulman on considère ce tunisien et qui a vécu en Algérie comme le père de la sociologie.
Amicalement