Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (30)

23 Juillet 2012, 05:37am

Publié par safir

 

 

 

  • DSC00026-copie-1 blogs MUrad 20Hoffman 4308 631957 xlargePar

 Murad Wilfried Hofmann

( Ex Ambassadeur de la RFA à Alger )

               Aujourd'hui :Les derviches tourneux de konya

                    Bonn, le 9 octobre 1980

                                                                                    

 

                                                                                        

 

 

A la salle de Beethoven de Bonn, les Derviches Tourneurs de Konya sont présentés comme s'ils étaient un ensemble de danse exotique. Par conséquent, beaucoup parmi le public s'attendaient plus à un extatique tourbillon de danseurs Dionysiaques, sinon orgiaques, qu'à la cérémonie contemplative et spirituelle qu'ils virent.

Les Acteurs des citadins monacaux mais mariés- sont l'exact contraire; ils représentent l'apogée classique dans la poésie et la musique religieuse de Turquie.

Leur cérémonie commence par un chant d'éloge Perse de Jalaluddin Rumi, interprété par un Hafiz aveugle, Kani Karaca, avec une imposante mais implorante voix basso profundo.

Les Derviches Mevlevi dans leurs costumes riches en symboles entrent sans bruit : leurs chapeaux feutres côniques (sikke) représentent des pierres tombales; leurs kaftans noirs évoquent l'obscurité du tombeau; et leurs vestons blancs et jupes baléro, portés en-dessous, rappellent les linceul.

    Les Derviches  fond d’abord trois fois le tour de la salle à pas irréguliers et tardifs. Passant prés de leur cheikh à la place d'honneur (post) ils se placent de façon à se saluer mutuellement avec le derviche suivant. Ils s'inclinent profondément quand ils embrassent la main du Cheikh; lui s'incline légèrement et embrasse leur sikke.

C'est ensuite seulement que les Mevlevi commencent à tournoyer tenant d'abord leurs bras croisé, avec leurs mains sur les épaules. Aussitôt, cependant, s'ouvrent leurs bras, la paume droite tendue au ciel, la gauche tournée vers le sol. (Tout vient de Dieu, du ciel; tout ce qu'il reçoit, le derviche le cède bienveillamment à son prochain). Les derviches tournent sereinement, sans effort, au même rythme, à la même place ou en se déplaçant.
Un critique de ballet qualifierait leurs mouvements comme des tours vers la gauche, en dedans, durant un décompte de quatre- la préparation (changements de pieds) prenant trois temps, se complétant en un quantième temps par une rotation de la jambe droite. Il est  difficile à croire mais ces derviches continuent leur routine durant 20-25 minutes, ne montrant aucune trace de sueur, de vertige ou d'essoufflement.

Ces mystiques ont parfois été décrits comme des papillons  blancs ou des planètes en rotation autour d'un centre spirituel. Il n' y a pas à s'étonner. Qui peut les regarder sans être hypnotisé par leur  paisible rotation en vagues régulières.

On est maintenant prêt à comprendre une méthode hautement raffinée pour inciter physiquement l'extase religieuse au nom de l'Islam.

Leur vieux Cheikh, Selman Tuzun, grâce à sa formidable autorité a une exceptionnelle présence sur scène. Sa propre rotation est  délicate au mouvement lent, comme en transe, bien qu'avec un grand impact visuel.

Enfin, le public, jusqu'au dernier homme et à la dernière femme,  réalise que ceci n'est pas le pénible spectacle habituel d'un vieux danseur narcissiste qui refuse de se retirer.

Ce dont nous sommes les témoins est un charisme sans âge, nourri par l'ascétisme.

 

Pour comprende tout ce texte, je vous propose cette vidéo. Le Webmaster.

 

 

 

              La suite, septembre prochain In chaa Allah.

                                                                                  

Voir aussi :

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (29)


  Pour suivre
 les pages de l'histoire
cliquez sur
 

Cap /

 

 


  Murad Wilfried Hofmann est un docteur de droit et ex Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne en Algérie. Son livre " Journal d'un Musulman Allemand"  est divisé en plusieurs parties (plus de 90 billets) retraçant la vie de cette personnalité diplomatique de 1951 à 1985 (Traduit de l'Anglais par Lamine Benallal et Abdelhadi Mesdour. Edition Delta- Alger 1990). J'ai acheté ce livre le 22.11.1990 à Alger comme j'ai suivi les activités de ce converti à l'Islam depuis plusieurs décennies. Aussi, lors des fêtes islamiques, on se rappelle des communiqués de l'Agence Algérie Presse qui parlait de la présence des ambassadeurs des pays islamiques  à ces fêtes avec l'ambassadeur de la RFA. (Le Webmaster).

Commenter cet article

Yness 23/07/2012 16:30


En ce début de Ramadan, c'est beau de voir et d'entendre ce spectacle qui nous rapproche de Dieu.


Et j'ai aimé apprendre toute la symbolique du costume des Derviches Tourneurs.


Bon Ramadan et aux retrouvailles en Septembre In chaa Allah.

safir 23/07/2012 21:22



 


C'est un texte d'un spectacle spirituel originel.


Pour la suite de ce journal, un rendez-vous est donné pour le mois de septembre si Dieu le veut.


 


C'est un texte d'un spectacle spirituel originel.


Pour la suite de ce journal, un rendez-vous est donné pour le mois de septembre si Dieu le veut.