Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (33)

17 Septembre 2012, 19:13pm

Publié par safir

 

 

 

  • DSC00026-copie-1 blogs MUrad 20Hoffman 4308 631957 xlargePar

 Murad Wilfried Hofmann

( Ex Ambassadeur de la RFA à Alger )

                Aujourd'hui : Scandale de haute couture

       Istanbul, le 1 er août 1981  

 

 

 

  C'est aujourd'hui, Ail Al-Fitr, la plus grande fête musulmane. Im me fit voir trois différentes faces de l'Islam.

Tôt le matin, j'ai pris part aux longues prières qui séparent la fin du Jeûne du Ramadan des trois jours de célébration du Seker Bayrami(la Fête des sucreries).

La mosquée de Tesvikiye était débordante de monde. Nombre de croyants avaint apporté leurs propres tapis de prière (seccade), mais comme beaucoup d'autres j'ai fait ma prière, dans la cours de la Mosquée, sur le papier d'un journal de l'édition de ce matin.

 A midi, nous visitâmes la Mosquée du Sultan Eyup sur les rives supérieures de la Corne d'Or (Haliç). Depuis qu'elle fut construite sur la tombe d'Ayoub, porte-drapeaux de Mohammed, miraculeusement redécouverte durant le siège turc en 1453, des légendes et des traditions ont entouré cette mosquée et son site pittoresque. C'est là en Islam la  chose la  plus proche à un lieu de dévotion chrétienne. Que pourrai-je dire de la coutume superstitieuse de boire à quatre fontaines, aux autre coins d'une palissade de proximité de la mosquée, en veillant scrupuleusement à ouvrir d'abord tous les robinets puis à les fermer un à un.

 Des amoureux, des parents, des étudiants, des soldats, tous ceux qui nourrissent des vœux viennent ici nourrir 1001 colombes avec un kilogramme de mais en gardant toutefois une quarantaine de grains, qui seront jetés au même endroit quand survient l'évènement des animaux qui seront rapidement sacrifiés au nom d'Allah et offerts aux  pauvres dans la cuisine de l'indigent, une annexe de la Mosquée du Sultan Ayoub.

Et, bien sûr, la foule à la mosquée ne serait nullement  typique  sans ce grand nombre de petits garçons dits sunnetli, habillés en généraux, en amiraux et en princes,. Ils seront circoncis le jour suivant. (Ces  garçons sont donc fêtés comme le seront leurs sœurs le jour  de leur mariage).

Les Wahhabites mettraient certainement une fin sans appel à ces aspects folkloriques et superstitieux d'un Eslam populaire. Ils sne tolèrent pas l'exploitation commerciale et d'agitation près de la Mosquée du Prophète, dans l'intérêt du décorum, sans se souvier du cachet historique local et des distractions populaires.

Le soir, nous assistons à un défilé de mode. L'un des plus attrayants vêtements, fait de soie crêpe noir, est virtuellement un scandale par son design argenté qui consiste en des passages coraniques écrits en Arabe de manière fantaisiste. La beauté graphique de l'ensemble suscite beaucoup d'applaudissements naïfs de gens qui seraient horrifiés si elles pouvaient comprendre ce qui est écrit. En une seule génération après Ataturk, l'écrite arabe est devenue ici aussi étrangère que les lettres chinoises- et celà à un peuple qui lisait l'Arabe et écrivait sa propre langue en lettres arabes jusqu'après le Première Guerre Mondiale.

Est-ce le "Progrès"?

 

 

 

La semaine prochaine :   Ibn Khaldoun par Marx

                            Bonn, le 28 avril 1982

Voir aussi :

Cap...Journal d'un Musulman Allemand (32)


  Pour suivre
 les pages de l'histoire
cliquez sur
 

Cap /

 

 


  Murad Wilfried Hofmann est un docteur de droit et ex Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne en Algérie. Son livre " Journal d'un Musulman Allemand"  est divisé en plusieurs parties (plus de 90 billets) retraçant la vie de cette personnalité diplomatique de 1951 à 1985 (Traduit de l'Anglais par Lamine Benallal et Abdelhadi Mesdour. Edition Delta- Alger 1990). J'ai acheté ce livre le 22.11.1990 à Alger comme j'ai suivi les activités de ce converti à l'Islam depuis plusieurs décennies. Aussi, lors des fêtes islamiques, on se rappelle des communiqués de l'Agence Algérie Presse qui parlait de la présence des ambassadeurs des pays islamiques  à ces fêtes avec l'ambassadeur de la RFA. (Le Webmaster).

Commenter cet article

Agnès 18/09/2012 14:52


Un défilé de mode le jour d'une grande fête religieuse parait déplacé et choquant dans n'importe quelle religion tout comme le fait d'ailleurs de broder des textes sacrés sur des vêtements aussi
beaux soient-ils.


Mais que des croyants  se rassemblent dans un lieu de culte pour célébrer une fête religieuse dans le respect, la joie et le partage cela ne me semble pas être un offense faite à Dieu ou au
Prophète.

safir 19/09/2012 19:40



Les pages de ce journal, nous poussent à des réflexions profondes pour des choses simples racontées par son excellence M. l'Ambassadeur.