Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap....Mémoires d'hier et regard d'aujourd'hui (59)

9 Novembre 2010, 23:03pm

Publié par safir

 

   Je vous invite à voir & revoir la 59ème partie des mémoires de Monsieur Abdelmalek Belhadj - Mostepha publiée le 11.8.2008. 

 

Mes loisirs
L
es colonies de vacances (3)
Ma première colonie ( Collo)

La première de ces colonies se déroulait au CEM Kouicem à Collo, établissement baptisé au nom de mon défunt ami Abdelhak. Les conditions d'installation étaient satisfaisantes t les colons pour se baigner, devaient se rendre à une plage dénommée " la fontaine des sangliers". Un jour, au moment de la baignade des petits, au milieu du plan d'eau prévu à cet effet, deux jeunes garçons s'étaient télescopés en sortant la tête de l'eau. L'un d'eux avait l'arcade sourcilière ouverte et perdait son sang. Après un passage par l'hôpital, je le ramenai à la colonie en compagnie de mon infirmier. Celui-ci, anesthésiste  à l'hôpital de Constantine, avait, grâce à du fil de lin et une pince à épiler et sans trop de douleur pour l'enfant, réussi à recoudre la plaie. La semaine suivant, les parents, venus en visite à la colonie, ne s'aperçurent de rien. Mon infirmier, Mostefa dit  Stopha Behaz Que Dieu ait son âme avait fait un travail d'artiste.
C'est durant cette période  que ma fille aînée Nacira fêta son anniversaire en effectuant ses premiers pas. Dans l'après midi, l'équipe de cuisine avait l'habitude de se rafraîchir dans une plage toute proche. Mais, malgré les insistances de ses collègues et le nom évocateur du lieu" la baie des
068dd861c64eec1e28ab7afac83923f6.jpegjeunes filles",  ( photo  prise par le webmaster ce vendredi 8 août 2008 à Collo dans la plage des jeunes filles devenue la plage de tout le monde) le second refusait net de les accompagner. Ce n'est que bien plus tard qu'il révéla le pourquoi de son aversion pour la plage: durant la guerre d'Indochine, en tant, que soldat français, il fut encerclé avec ses compagnons d'armes par les combattants du Viet-Minh. Il ne dut son salut qun plongeant dans une mare entourée de joncs d'où il sortait la tête qye de temps en temps pour respirer.  Alors il fit le serment que s'il sortait vivante de cette embuscade, jamais plus il ne mettrait le pied dans l'eau! et il resta fidèle à son serment jusqu'à la fin de la colonie...
Après le départ es différentes équipes en promenade, un après-midi, un ami français, cadre dans les organismes de colonies de vacances vient à passer par l'établissement et me proposa de me faire découvrir le site de Tamanart. Je partis avec lui dan se 2CV, et après avoir dépasser la commune de Chéraia, nous empruntâmes un chemin ...et étroit qui, au bout de quelques kilomètres, nous mena vers un lieu ressemblant étrangement à une île du pacifique: longues plages de sable fin, nombreuses huttes montées pour servir d'hébergement, grands arbres feuilles etc...Je restai subjugué par la beauté du coin  au point de décider d'organiser une excursion pour mes colons. La préparation pour ce déplacement prirent quelques jours mais au lieu de la route, assez dangereuse pour les gros véhicules, nous affrêtâmes un bateau pour y parvenir. La traversée dura environ une heure et les enfants furent enchantés par cette croisière inattendue. L'excursion dura toute la journée entre baignade, jeux, repas, sieste, casse-croute puis retour à bord de la même embarcation . Les enfants en gardèrent un souvenir indélébile.
   

 

                                                                                                                                                                                                                 
  • 0d40d2b39488855e5422e0b18c67e5ec.jpeg"A mon ami....(Safir) et sa famille
    Le film de ma vie, avec mes remerciments pour l'idée qu'il m' a soufflée et la parution de mon histoire sur son blog "srigina".
    Affectueuses pensées".
    Mr Belhadj-Mostefa (Photo)
 
"Monsieur Abdelmalek Belhadj-Mostepha est venu incidemment à l'écriture après sa mise à la retraite. Il a, au cours d'une carrière professionnelle de quarante ans, Zélée et bien remplie, exercé successivemet les fonctions d'enseignant, de conseiller pédagogique, inspecteur de langue française, sous-directeur de l'éducation et directeur de la culture. Il a connu, durant sa vie, les souffrances et les privations de la deuxième guerre mondiale, les affres du colonialisme, l'exaltation et la foi de l'après-indépendance mais aussi le ressentimentetl'espoir souvent déçu . D'une plume acerbe,il pourfend la bîtise et l'infamie et glorifie le génie et le sens del'honneur. Idéaliste confronté aux réalités de la vie, il a été témoins de quelques événements qui ont marqué l'histoire du vingtiéme  siècle. Son autobiographie,agréable à lire, recéle quelques anecdotes succulentes et certaines facettes de sa personalité". 
Safir

                                                                                                                                                                                                                       

  Pour suivre
 les autres parties
cliquez sur
Cap

Commenter cet article

Amie de Srigina 10/11/2010 18:58



Les jeunes colons avaient une double chance, celle de passer des vacances dans un si bel endroit et celle d'avoir un animateur dévoué et plein d'initiatives intéressantes en la personne de
M.Belhadj.


Cordialement



safir 11/11/2010 17:12



On a mangé ensemble avant hier le mardi 9.11.2010  est franchement c'est un plaisir d'être avec Mr
Belhadj-Mostapha. Il était enseignant et inspecteur du français,  sous-directeur départemental de l'éducation et enfin, Directeur de la Culture. En parlant de la culture, il me parlait du
festival international du théâtre d'Alger et surtout du théâtre japonais invité justement à ce festival. In nous prépare l'Edito du mois de décembre 2010 et je pense un peu mot sur le théâtre de
l'extrême sud est asiatique.


Cordialement