Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap....Mémoires d'hier et regard d'aujourd'hui (64)

12 Décembre 2010, 23:02pm

Publié par safir

 

   Je vous invite à voir & revoir la 64 ème partie des mémoires de  Monsieur Abdelmalek Belhadj -  Mostepha publiée le 15.09.2008.

 

Mes loisirs

 La Télévision (1)
Ma participation télévisuelle


Durant ma carrière professionnelle, et tant que j'étais au niveau du secteur de l'éducation, mes rapports avec la télévision me confinaient au rôle de simple spectateur: films, documentaires, émissions sportives, jeux etc. Mais sitôt embrassé le monde de la culture, ma fonction changea ma vocation: de simple spectateur, je devins parfois acteur. Ainsi, dans les émissions réalisées à Skikda par les réalisateurs de l'E.N.T.V (ex R.T.A) de Constantine Mohamed Hazourli, Ali Aissaoui et Aziz Choulah et mentionnées précédemment dans ces pages, j'eux à chaque fois l'occasion de faire une apparition soit pour évoquer l'histoire de la vile et de la région, soit pour présenter des œuvres d'art, soit pour des interventions d'ordre général. C'est ainsi qu'un autre réalisateur de Constantine, Mr  Hocine Nacer si mes souvenirs sont exacts, me contacta par l'intermédiaire de ma fille Fatiha, travaillant alors dans l'ancienne Cirta. Il me demanda de participer à l'émission "Sabah-El-Kheir", traitant de sujets d'actualité divers produite, une ou deux fois par semaine pour  Constantine et se déroulant dans leurs studios. Après discussion et entente sur les thèmes de l'intervention, je donnai mon accord. La date retenue soit un 13 Décembre de l'année 93 ou 94, je ne sais plus, et les sujets à débattre étaient les secteurs de l'éducation et de la culture. Plusieurs contacts téléphoniques furent établis avec le réalisateur pour arrêter les modalités de l'intervention. Le 12 Décembre, soit la veille de l'émission, je rejoignis, dans mon propre véhicule la station régionale de  la télévision à Constantine où je fus reçu par son directeur Mr Farouk Bellagha (photo), parent de mes amis Djebbar, qui me souhaita la bienvenue. Il appela ensuite le réalisateur pour lui annoncer mon arrivée. Après le déjeuner pris dans un restaurant avec le réalisateur et la jeune animatrice de l'émission Souad Bettina, une dernière retouche fut apportée à la préparation. Le lendemain matin, vers sept heures, une voiture vient me récupérer au domicile de ma fille et sitôt arrivé, j"entrai directement dans le studio pour la mise au pont technique. Enfin, vers huit heurs, l'émission commença en direct sur tous les écrans d'Algérie. Pendant environs deux heurs entrecoupées d'intermèdes musicaux et de séquences humoristiques de la série "Assab oua Aoutar", nous fîmes le tour, l'animatrice et moi, des problèmes de l'éducation: méthodes pédagogiques anciennes et récentes, aperçu sur l'école fondamentale et estimation de ses résultats, cours particuliers dispensés par les enseignants, rôle des parents dans la scolarité de leurs enfants  etc. Le sujet était tellement  vaste que nous ne pûmes aborder, comme prévu, le secteur de la culture. Ce fut ma dernière longue apparition à la télévision. Il y eut par la suite quelques interviews, notamment au sujet de la saison estivale ou des soirées du mois de Ramadan pour clore ma participation télévisuelle.

 


  • 0d40d2b39488855e5422e0b18c67e5ec.jpeg"A mon ami....(Safir) et sa famille
    Le film de ma vie, avec mes remerciments pour l'idée qu'il m' a soufflée et la parution de mon histoire sur son blog "srigina".
    Affectueuses pensées".
    Mr Belhadj-Mostefa (Photo)
 
"Monsieur Abdelmalek Belhadj-Mostepha est venu incidemment à l'écriture après sa mise à la retraite. Il a, au cours d'une carrière professionnelle de quarante ans, Zélée et bien remplie, exercé successivemet les fonctions d'enseignant, de conseiller pédagogique, inspecteur de langue française, sous-directeur de l'éducation et directeur de la culture. Il a connu, durant sa vie, les souffrances et les privations de la deuxième guerre mondiale, les affres du colonialisme, l'exaltation et la foi de l'après-indépendance mais aussi le ressentimentetl'espoir souvent déçu . D'une plume acerbe,il pourfend la bîtise et l'infamie et glorifie le génie et le sens del'honneur. Idéaliste confronté aux réalités de la vie, il a été témoins de quelques événements qui ont marqué l'histoire du vingtiéme  siècle. Son autobiographie,agréable à lire, recéle quelques anecdotes succulentes et certaines facettes de sa personalité". 
Safir

 

  Pour suivre
 les autres parties
cliquez sur
Cap

Commenter cet article

amina 16/09/2008 17:51

saha ftorkom