Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap....Mémoires d'hier et regard d'aujourd'hui (71)

30 Janvier 2011, 23:02pm

Publié par safir

 

 

 

     Je vous invite à voir & revoir la 71 ème partie des mémoires de Monsieur Abdelmalek Belhadj - Mostepha publiée le 03.11.2008.  

 

 

MES VOYAGES 

  Tunis- Rome 1979

 
                           

...Tranquillisé sur les conditions de séjour de ma petite famille et rassuré par la présence de mon ami Djebbar à ses côtés, je pris la décisions de me rendre à Rome......
(suite)
Au niveau d'une agence, j'achetai un billet d'avion Tunis-Rome et retour et me préparai pour le départ. Le voyage, une heure environ, se déroula dans de bonnes conditions et sitôt à l'aéroport, je me rendis à " la ville éternelle" en quête d'une chambre d'hôtel. Après mon installation et libéré de tout souci, j'entrepris alors la visite des différents quartiers de l'ancienne cité impériale. Le premier jour, je découvris la gare ferroviaire et ses environs puis " la Piazza del Popoll" la place du Peuple, où j'avais cru reconnaître un parent. Je m'avançai alors dans sa direction, mais, seulement à un ou deux mètres, je me rendis compte que j'étais dans l'erreur. Quelle ressemblance, pourtant. Pendant les huit jours que dura mon séjour à Rome, je fis de nombreuses visites: je pus découvrir le marché des fruits et légumes et ses vendeurs à la criée, ses calèches noires circulant à travers les rues, les nombreuses galeries d'art, les terrasses de cafés bondées de monde, un stade avec des statues se  présentant tous les sports des Jeux-Olympiques, ses fontaines, la fontaine de trévi dont le fond était c ouvert de pièces de monnaie etc...La légende disait que pour espérer revenir à Rome, il fallait jeter là une pièce de monnaie, ce que ne fis pas. Peut-être est-ce pour celà que je ne suis pas retourné à Rome. Je fis également connaissance avec la Cité du Vatican, avec la visite de la Basilique de Saint-Pierre, ses statues de papes et les sépultures de quelques  souverains pontifes dans les catacombes. Vers la place du même nom, affluaient de nombreux bus chargés de touristes de toutes nationalités. Mais le must de mon séjour se situa lors d'un après -midi: après avoir déjeuné avec une bonne pizza  et une boîte de coca, je m'installai dans un parc  dans un coin discret où je devais attendre quinze heures, moment d'ouverture d'une chaîne de magasins, "Standa" pour acheter quelques vêtements pour mes jeunes enfants. Quelques moments passèrent...puis je vis arriver un vieux couple qui s'installa sur un banc. L'homme  tira de sa poche un paquet et commença à distribuer  des miettes de pain aux pigeons qui accoururent si près de lui. La dame, environ la soixantaine, se leva alors et se dirigea vers un autre banc où elle s'assit  pesamment. L'endroit où j'étais lui était caché. Alors, se croyant seule, elle entonna un air d'opéra. Quelle voix!  En fermant les yeux et avec un peu d'imagination, on se serait crû dans une salle d'opéra, à la Scala de Milan par exemple. Je me tenais coin pour éviter de signaler ma présence. Sans doute, était-elle une ancienne cantatrice qui se souvenait ainsi de ses anciens concerts. Quand, enfin, elle se tut, je me levai de place. Elle sursauta un peu en m'apercevant. Alors, esquissant un large sourire, je passai devant elle et lui dit" Canta bene, la Maurma, Conta bene!". Elle répondit à mon sourire, et je la laissai là, plongée dans ses pensées et dans ses souvenirs. Je n'oublierai jamais cet instant!
Mes visites me conduisirent aussi vers la grande Place du Forum, l'Arc de Trajan et aussi vers le fameux Colisée, où  arpentant l'arène, je ne rencontrai ni gladiateurs ni encore moins de lions.
Ma gourmandise me fit aussi déguster de nombreuses gélati, ces glaces italiennes se délicieuses. Cependant, une occasion me passa sous le nez: la veille de mon retour à Tunis? Après avoir confirmé mon billet d'avion et libéré ma chambre d'hôtel, je passai devant une agence de voyages. Dans la vitrine, je lus une proposition concernant un déplacement partant de Rome vers les ruines de Pompei, Naples, travers"e vers l'île de Capri et retour, le tout en une seule journée. Je ne pouvais, hélas, changer mon programme et la visite de Poméi, Naples et Capri ne put avoir lieu.
A mon retour à Tunis, je trouvai la famille en bonne condition, heureux qu'elle n'ait pas beaucoup souffert de mon absence. L'arrivée prochaine du moins de Ramadan obligea les Djebbar à rentrer sur Skikda. En ce qui nous concerne, nous restâmes à Tunis pendant une grande partie de ce mois sacré. Dés notre retour, je m'empraissai d'aller récupérer mon chien: ce n'était plus la même bête. Dés qu'il me vit, il frétilla la queue faiblement. Pendant notre absence, il resta isolé dans un coin, mangeant que peu. Je le présentai alors à un vétérinaire bulgare qui lui prodigua quelques soins. Un matin, je le découvrai allongé sur la terrasse: Prince était mort de chagrin. Sa disparition provoque une grande peine chez les enfants.
  
  • 2211e5444a3288465fcdeb558f2fe919.jpeg"A mon ami....(Safir) et sa famille
    Le film de ma vie, avec mes remerciments pour l'idée qu'il m' a soufflée et la parution de mon histoire sur son blog "srigina".
    Affectueuses pensées".
    Mr Belhadj-Mostefa (Photo)
 
"Monsieur Abdelmalek Belhadj-Mostepha est venu incidemment à l'écriture après sa mise à la retraite. Il a, au cours d'une carrière professionnelle de quarante ans, Zélée et bien remplie, exercé successivemet les fonctions d'enseignant, de conseiller pédagogique, inspecteur de langue française, sous-directeur de l'éducation et directeur de la culture. Il a connu, durant sa vie, les souffrances et les privations de la deuxième guerre mondiale, les affres du colonialisme, l'exaltation et la foi de l'après-indépendance mais aussi le ressentimentetl'espoir souvent déçu . D'une plume acerbe,il pourfend la bîtise et l'infamie et glorifie le génie et le sens del'honneur. Idéaliste confronté aux réalités de la vie, il a été témoins de quelques événements qui ont marqué l'histoire du vingtiéme  siècle. Son autobiographie,agréable à lire, recéle quelques anecdotes succulentes et certaines facettes de sa personalité".
Safir

 

  Pour suivre
 les autres parties
cliquez sur

Cap

 

Commenter cet article

Yvon 02/02/2011 19:16



un reportage très interessant sur la ville éternelle que je ne connais pas encore, hélas


bonns e soirée, Safir