Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap....Mémoires d'hier et regard d'aujourd'hui (83/99)

24 Avril 2011, 22:01pm

Publié par safir


  

    •  

      Rediffusion de l83 ème partie des mémoires de

    •   Mr Abdelmalek Belhadj - Mostepha   publiée le 9.2.2009 dans srigina

     

MES VOYAGE
                                                         Ramadan 1419 : Omra ( 4 et fin)

 
Après les prières et, profitant de la fraîcheur de la nuit, je flânais dans les rues de la Mecque, visitant les marchés, les magasins et 'arrêtant devant les vitrines qui présentaient du matériel électronique à la bijouterie. Je ne manquais pas aussi d'acheter des gâteaux e des friandises à déguster en famille. Ma femme Karima, très dégourdie, accomplissait ses obligations religieuses avec Hafida, la belle-mère de mon fils et d'autres femmes auxquelles elle servait pratiquement de guide pour aller à la mosquée ou pour faire des achats en ville.
Durant notre séjour, une excursion fut organisée: elle nous fit visiter le"Djebel Arafa" près de la mosquée "Namira" où s'effectuait la prière le jour du pélerinage; nous grimpâmes sur le site  en compagnie de ma cousine Halima et de son mari et prîmes de nombreuses photos. L'on nous fit également découvrir "Minan", "El-Mousdalifa" et les  emplacements des trois diables lapidés par les pélerins puis retournâmes à notre hôtel, heureux d'avoir connu ces lieux.
"Leilet-el-quadr" arriva. Cette nuit située entre le vingt-sixième et le vint-septième jours du mois de Ramadan vit affluer de nombreux pélerins désireux de passer ans le " masjid-el-haram": saoudiens, égyptiens, originaires des pays du golfe etc...,il y avait près de trois millions de pélerins ce soir-là à La Mecque et la mosquée ou ses abords immédiats étaient pleins à craquer au moment des prières. L'Aid-el-Fiter fut annoncé après trente jours de jeûne. Munis de leurs plus belles gandouras, les gens vinrent par milliers pour effectuer la prière et remercier Dieu de leur avoir permis d'accomplir l'un des cinq  piliers de l'Islam dans de bonnes conditions. Tout ce beau monde se congratulait et se souhaitait une bonne fête. Nous passâmes à La Mecque trois jours du mois de " Choual", le dernier étant un vendredi. Après la prière du "Dohr'', la deuxième que j'effectuais au ''masjid-el -haram'', et après avoir emballé nos bagages et les quelques objets achetés les jours précédents, un bus nous transporta vers la ville de Djeddah, environ à une heure de route de La Mecque. L'embarquement dans l'avion de la compagnie Egypt-Air fut quelque peu  laborieux. Une longue escale, qui dura presque toute la nuit, nous fit découvrir l'aéroport du Caire, puis nous décollâmes vers Alger. Après quelques instants de repos dans les salons de l'aéroport, un autre avion d'Air - Algérie nous ramena à Constantine. Mr Allouche, en bon professionnel du tourisme, nous attendait avec un bus qui devait acheminer les pélerins de l'agence ''Climat'' vers leur point de départ: Skikda. Les parents venus nombreux, attendre ces bienheureux voyageurs, criaient de joie, embrassaient, prenaient des photos, etc... Les membres de notre famille n'étaient pals les moins enthousiastes et plusieurs voitures nous ramenèrent en cortège jusqu'à notre demeure.

La semaine prochanie : Istamboul( Mai-Juin 2000)
 
  • 2211e5444a3288465fcdeb558f2fe919.jpeg"A mon ami....(Safir) et sa famille
    Le film de ma vie, avec mes remerciments pour l'idée qu'il m' a soufflée et la parution de mon histoire sur son blog "srigina".
    Affectueuses pensées".
    Mr Abdelmalek Belhadj - Mostepha (Photo)
 
"Monsieur Abdelmalek Belhadj-Mostepha est venu incidemment à l'écriture après sa mise à la retraite. Il a, au cours d'une carrière professionnelle de quarante ans, Zélée et bien remplie, exercé successivemet les fonctions d'enseignant, de conseiller pédagogique, inspecteur de langue française, sous-directeur de l'éducation et directeur de la culture. Il a connu, durant sa vie, les souffrances et les privations de la deuxième guerre mondiale, les affres du colonialisme, l'exaltation et la foi de l'après-indépendance mais aussi le ressentimentetl'espoir souvent déçu . D'une plume acerbe,il pourfend la bîtise et l'infamie et glorifie le génie et le sens del'honneur. Idéaliste confronté aux réalités de la vie, il a été témoins de quelques événements qui ont marqué l'histoire du vingtiéme  siècle. Son autobiographie,agréable à lire, recéle quelques anecdotes succulentes et certaines facettes de sa personalité".
Safir

 

  Pour suivre
 les autres parties
cliquez sur

Cap /

01/2009 500:02

 

Commenter cet article