Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Quai...Journée Internationale du Langage du Braille à Skikda

4 Janvier 2017, 19:41pm

Publié par safir adya

Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017
Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017
Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017

Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017

Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017
Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017
Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017

Cliquez pour agrandir les photos prises le 4.1.2017

 Texte et Photos

Abdeslam Benlarbi

 

Louis Braille est né en 1809 à l'est  de Paris en France. Louis Braille a perdu ses yeux dans un accident de travail dans l'atelier de son père et ce, à l'âge de 05 ans. Grâce une canne faite pas son père, il a découvert son village. Il a rejoint l'école à 10 ans et a été envoyé à l'école des méritants pour les non voyants à Paris. En 1881, l'officier de l'armée française Charles Barbibar a visité l'école où se trouve Louis Braille. Cette visite était décisive dans la mesure où l'officier à informer Braille sur la découverte une méthode de communications  entre unités militaires composée de 12 points. Louis Braille a modifié cette méthode en diminuant  le nombre à 06.

J'ai résumé et traduit un dépliant distribué par La Bibliothèque Principale de la Lecture Publique organisatrice de la journée international de la langue ou la méthode Braille au niveau de la Bibliothèque Centrale de l'Université du 20 Août 1955 à Skikda et ce, aujourd'hui le mercredi 04 janvier 2016. J'apprends que  la Bibliothèque Principale de la Lecture Publique organise cette journée  pour la deuxième année consécutive.

Les intervenants  venus d'Alger ont insisté sur l'importance de cette journée fêté  seulement à Skikda et  c'est un honneur pour cette ville, pour la Bibliothèque Principale de la Lecture Publique et de son Directeur en l'occurrence Abdelaziz  Bouhabila.

Le déroulement de la journée  s'est résumé en une exposition à la rentrée de la Bibliothèque Centrale de l'Université,  des allocutions  du  représentant de la Direction de l'Action Sociale Nadir Belabed Cadre de la Direction et non voyant, de la Présidente du Bureau des Non Voyants de Skikda et du Directeur de la Bibliothèque Principale de la Lecture Publique de Skikda

Pour ce qui des conférences, la première a été donnée par Hamza Maamar qui est Professeur  dans une école d'accompagnement et poète et Farid Boughara Expert dans une imprimerie du Braille et Conseiller du Directeur Général de l'Agence Nationale du Développement Social. Les deux   conférenciers sont des non voyants , participent à la vie sociale et culturelle, mais aussi  des êtres d'une culture très poussé.

En matière de la lecture,   M Abdelaziz  Bouhabila. Directeur de la Bibliothèque Principale de la Lecture Publique est revenu au Guide de l'Unesco de 1994 qui considère, pour l'aspect de la lecture, le non voyant comme le voyant. Les deux conférenciers dans leurs introductions ont salué cette prise en charge et l'acquisition par la bibliothèque d'un matériel moderne pour cette catégorie de la société où cette institution a consacré un budget pertinent en la matière. Toutes les difficultés liées à la lecture ont été cités par les conférenciers  : la cherté des moyens pédagogiques, le volume des documents édités en Braille. Aussi, la relation entre la Bibliothèque et l'université est à encourager; Hamza Mameri a surtout parlé de l'université créatrice du savoir et la bibliothèque qui véhicule ce savoir. Il a parlé surtout de la création divine qui enlève et qui donne dans un équilibre parfait. La culture du non voyant a fait l'objet d'un traitement d'où la mesure où toute culture doit être basée sur l'écrit et l'écriture et par conséquent le non voyant doit dépasser le cadre de la culture orale.

Les conférenciers ont fait un tour d'horizons sur tous les détails dont la proposition pour la création d'un Département de l'Education Spécifique dans les Universités algériennes, l'impression des livres en tant opportun, la participation de l'intellectuel non voyant dans la création culturelle et intellectuelle, le net et les sites dans la vulgarisation, la connaissance du Braille par les parents des enfants non voyants et par les couches de  la société.

 

 

 

 

Commenter cet article