Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 srigina

Cap... Des Généraux Arabes au Pouvoir ou des Généraux pas comme les autres

20 Novembre 2016, 14:46pm

Publié par safir adya

 Texte : Abdeslam Benlarbi

Photos : Droits Réservés.

 

 

I -  Le Général de la Marine Emile Lahoud: Président de la République Libanaise.

 

Émile Lahoud est fils d'un Général Libanais patriote. Il est né à  Baabdat, 1936), militaire puis homme d'État libanais, a été  Commandant de l'Armée Libanaise (1989-1998) puis président de la République (1998 à 2007).  C'est lui qui a été à l'origine de la fusion des  six bataillons par les critères nationales et non religieuses et rituelles. Proche de la Résistance libanise contre Israêl malgré qu'il est chrétien maronite. Il a terminé sa carrière avec les honneurs d'être un président résistant. Très courageux et patient malgré les pressions hors normes exercées contre lui pour changer ses convictions patriotiques et arabes.

Une remarque : L'homme est un nageur et continue d'exercer cette discipline chaque matin. Aussi, grâce à l'homme politique et écrivain libanais Karim Bakradouni, je suis en train de lire un livre consacré à Emile Lahoud sous le titre de  Sadma oua Soumoud  acheté par l'un des mes anciens étudiants Salim Hammiche lors de la foire internationale du livre d'Alger

 

 

II -  Le Général  Lamine  Zaroual : Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire.

Lamine Zeroual est né le  03 juillet 1941 à Batan en Algérie. Il a participé à la révolution en 1957 à l'âge de 16 et après l'indépendance en 1962, il a suivit des formations  dans les grandes écoles militaires au Caire, à Moscou et à Paris. Pour les fonctions militaires, ce dernier a suivi une carrière  militaire classique en commandant deux des grands écoles militaires en Algérie à savoir l'école des Blindés de Batna et l'école Inter Armes de Cherchell. Aussi, durant cette carrière, il a commandé trois régions militaires  ( 6 régions en Algérie), Commandant des Forces Terrestres en 1989, Ministre de la Défense Nationale en 1993 et Chef de l'Etat en 1994 en pleine crise nationale et enfin, élu Président de la République de 1995 à 1999. Un passage vide, comme Ambassadeur en Roumanie après le commandement de l'Armée de Terre. On reconnait à ce Général son engagement pour son pays en prenant  les règnes du pouvoir au moment de la décennie noire et en démissionnant  après le soulagement en 1999 et le début du règlement de la crise. Il vit actuellement parmi les siens à Batna en paix et  en toute simplicité. En croisant les gens chaque matin, il les salue en souhaitant du bien à l'Algérie et aux algériens en demandant de laisser le pouvoir aux jeunes.

 

III - Le Général Siouar Edehab : Président de la République Soudanaise.

 

 

Né en 1935 dans la ville d'El Abied. Il a exercé plusieurs fonctions militaires dont le commandant du secteur militaire d'El Abied, Chef  d'Etat Major et Ministre de la défense Nationale. Il était conseillé militaire de l'Emir de Qatar en 1972 et  c'était lui qui a crée les forces armées du Qatar et la Police de Qatar. Lors du soulèvement militaire, il a pris les pouvoirs en 1985 et a remis les commandes du pays au premier gouvernement désigné après les élections. On reconnait à cette homme, à la différence des autres généraux qui ont pris le pouvoir pour sauver la patrie et ils ne l'ont jamais quitté, son honnêteté et son travail pour les autres et non pour ses intérêts personnels. 

 

 

IV - Le Général Michel Aoun : Président de la République Libanaise.

Elu le 31 octobre 2016 Président de la République Libanaise pour six ans. Il est le Président le plus populaire dans l'histoire de ce pays depuis son indépendance (22 novembre 1943). Grâce à son engagement avec la résistance libanaise, le Hisbollah a pesé pour son élection malgré le refus de l'Arabie Saoudite et ses  fidèles au Liban.

Il est né le 30 septembre 1933 à Haret Hirek à Behrout, il était Commandant de l'Armée Libanaise entre 1984 et 1989 en pleine guerre civil; Chef du Gouvernement Militaire entre 22 septembre 1988 et le 13 octobre 1990. Il a mené une guerre contre la présence syrienne au Liban, mais en perdant cette guerre il n'a jamais oublié de dire qu'il veut des relations d'Etat à Etat avec la Syrie. L'un des patriotes libanais qui défend la souveraineté du Liban, on l'accuse actuellement d'être dans l'axe de la résistance ( Syrie, Iran et Hisbollah).

Commenter cet article